Conférence : l’économie circulaire de l’Espace à la Terre, le 16 mai

Jeudi 16 mai 2024 à 19h00, à La Rotonde à Terres-de-Caux, Caux Seine agglo et Caux Seine développement organisent une conférence gratuite intitulée « De l’Espace à la Terre, l’économie circulaire au service du vivant », en partenariat avec l’Agence Spatiale Européenne (ESA) et le Projet MELiSSA (Micro ecological life support system alternative). Entretien avec Marc Obéron, producteur de cinéma, qui défend avec sa société Cinema for Change, des productions cinématographiques engagées en matière de développement durable. Il sera l’animateur de cette soirée grand public où des experts de l’espace, issus du comité MéLiSSA, viennent à votre écoute.

Marc Obéron, pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

Je suis producteur de films qu’ils soient publicitaires, cinématographiques, documentaires. Mais depuis plus de 20 ans, je défends un cinéma d’engagement en faveur du développement durable. L’aventure a commencé quand, il y a 25 ans, Kofi Annan, alors secrétaire général des Nations-Unies a créé le pacte mondial des Nations Unies et qu’en 2003, il initiait le premier projet autour de huit thèmes significatifs de développement durable pour aider les populations alors les plus en danger. J’ai alors repris ses huit grands thèmes dans l’objectif d’un film : j’ai laissé carte blanche à huit grands réalisateurs (Jane Campion, Gus Van Sant, Wim Wenders, , Gaspar Noé….) en leur proposant de reprendre un de ses huit objectifs du Millénaire fixés par l’ONU pour le traiter à sa manière Après sept années de travail, le film Huit est sorti. Mais comme nous étions précurseurs, les distributeurs cinématographiques, en dépit de la qualité du film, ne nous ont pas ouvert leurs portes. C’est à la faveur d’un partenariat avec Google que Huit a pu être diffusé sur la chaîne Youtube et a rencontré le succès : en l’espace de quelques semaines, nous avions plus de 2,5 millions de « spectateurs ». C’était en février 2010. Pour continuer l’aventure, j’ai créé un festival de cinéma Le Temps presse qui se nomme depuis trois ans, Cinema for Change, du nom de ma société de production créée pour aider au financement de films qui font la promotion du développement durable avec une vraie partie éducative.

Ce festival a-t-il réussi à se faire une renommée ?

Les débuts ont été difficiles. J’ai bataillé de longues années pour le maintenir à flot. Mais depuis trois ans, je constate un intérêt grandissant pour le propos. La formule plaît car nous invitons aux côtés du monde du cinéma, des experts de toute nature (biologistes, glaciologues…) avec qui le public peut échanger en toute simplicité. C’est notre force que de vouloir favoriser à tout crin l’espace des échanges. Je reste convaincu que c’est en connaissant bien notre monde, que nous serons en mesure de mieux le protéger.

Votre première rencontre avec le comité MéLiSSA s’est-elle faite dans ce contexte ?

C’est à la faveur d’une première rencontre, dans le cadre du festival, avec l’Ambassadeur français aux Pays-Bas que l’opportunité s’est créée. J’ai eu la chance d’une première entrevue avec Christophe Lasseur, alors président de MéLiSSA. L’amoureux des innovations au service de la planète que j’incarne, a été complètement fasciné par l’ampleur du travail de recherches menées par le comité et ses possibles applications pour le terrestre. Il s’inscrit pleinement dans l’exploration durable avec des principes d’économie circulaire exploités dans chaque domaine de ses recherches ! MéLiSSA travaille à la sauvegarde de notre planète au sein d’un consortium d’intelligence, que je trouve totalement époustouflant. Je consacre un prochain documentaire à tout le travail exécuté par ce comité de l’Agence Spatiale Européenne. Le scénario est écrit ; le tournage, je l’espère, devrait pouvoir se faire avant l’été. J’en présenterai un extrait, le 16 mai.

Est-ce votre passion pour le travail de MéLiSSA qui vous amène à jouer le rôle d’animateur lors de la soirée grand public du 16 mai, à Terres-de-Caux ?

J’aime l’idée de pouvoir éclairer le travail qu’il entreprend auprès d’un large public et de le vulgariser. J’ai déjà préparé une somme de questions que j’adresserai aux experts en présence, Chloé Audas et Jean-Jacques Dordain (voir ci-dessous) et à la Présidente de Caux Seine agglo.

Elles seront toutes simples pour que chacun puisse accéder à l’information facilement et qu’il puisse se dire en fin de soirée : le monde est beau avec cette capacité de l’humain à se réinventer.

Jeudi 16 mai à 19h à La Rotonde à Terres-de-Caux. En présence de Chloé Audas, chef du projet MELiSSA à l’ESA (Agence Spatiale Européenne), de Jean-Jacques Dordain, directeur général de l’ESA de 2003 à 2015 et de Virginie Carolo-Lutrot, Présidente de Caux Seine agglo.

Gratuit sur inscription impérative ici : Conférence-débat avec l’Agence Spatiale Européenne, le 16 mai 2024 Billets, Le jeu 16 mai 2024 à 19:00 | Eventbrite

Découvrez l’interview vidéo de Christophe Lasseur du comité MELiSSA

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×